The country in difficulty was my own

 
Le récit d’un jeune kinésithérapeute italien du Centre social Pag-asa de Tagaytay, aux Philippines. Une expérience qui change profondément sa vie.

« Toujours à la recherche de quelque chose qui me rende vraiment heureux, j’essayais tout. Ici, j’ai compris que le bonheur que je convoitais dans les choses, je ne l’aurais jamais trouvé. Un autre bonheur, vrai et profond, était à découvrir totalement. » Lorsque Daniele De Patre arrive au Centre social Pag-asa, il fait une expérience qui change profondément sa vie. Les visages de ces personnes et la pauvreté de ces lieux, souvent vus à la télévision, deviennent quelque chose de tangible.

À Tagaytay, aux Philippines, les maisons sont constituées d’une seule pièce, avec le sol en terre battue et sans eau courante. Les familles n’ont pas accès aux services socio-sanitaires et n’ont pas d’opportunité de travail.

Dans cette zone rurale et pauvre, de nombreux enfants sont abandonnés à leur sort et, souvent, n’ont pas d’identité légale. Pour cette raison, ils restent exclus des services sociaux de base, c’est-à-dire l’éducation, la santé et d’éventuels soutiens économiques. Ils sont à la merci de travaux inhumains et d’activités criminelles.

Le Centre, grâce au soutien à distance d’Action pour Familles Nouvelles, propose de nombreuses activités dans les domaines sanitaire et éducatif, ainsi que dans la formation professionnelle, avec un accompagnement pour 400 mineurs. Le dispensaire médical soigne des patients avec des handicaps permanents. C’est ici que Daniele, en tant que kinésithérapeute volontaire, comprend la nécessité d’une approche thérapeutique différente, basée sur une interaction continuelle et un rapport d’échange réciproque avec les patients. En traduisant les lettres que les enfants soutenus à distance écrivent aux donateurs, Daniele se sent intégré dans leur monde. Il perçoit les joies, les difficultés, les espoirs de ces enfants, qu’ensuite il observe et rencontre en personne durant les visites dans les barrios.

La vie à Teramo, ville d’origine de Daniele, est désormais bien loin, ainsi que ses 26 ans, vécus entre travail et sorties avec les amis. « Voir des situations de pauvreté très profondes et enracinées – commente-t-il – a été difficile à accepter. Mais, petit à petit, j’ai aussi découvert une solidarité et une générosité entre les personnes qui m’ont fait penser que le véritable pays en difficulté était peut-être le mien, avec l’indifférence, l’isolement et l’étroitesse d’esprit… »

« Une fois – raconte-t-il – nous nous sommes rendus dans un barrio si boueux, qu’il n’était vraiment pas possible de gravir la colline avec des tongs. Donc Heero et moi les avons laissées en bas de la rue. Au retour, elles n’étaient plus là… Mais, deux jours après, nous les avons retrouvées au Centre social. » « Je n’ai pas oublié – continue-t-il – ce jour où nous sommes allés faire des visites dans un barrio. Il pleuvait tellement que nous nous étions pratiquement perdus, mais trois enfants nous ont vus et rejoints sous la pluie. Très heureux, ils nous ont servis de guide. » Durant ces mois à Tagaytay, Daniele a trouvé, dans chaque acte de générosité, ce qu’il cherchait : « la vie est beaucoup plus que ce qu’on peut mesurer ».

Tout ce qui était gratuit et évident dans sa vie aisée à Teramo était ici gagné durement : nourriture, vêtements, médicaments et n’importe quoi d’autre. « Je veux moi aussi – écrit-il – contribuer à la construction d’un monde où mes frères et moi puissions manger de la même façon, avoir la possibilité d’étudier et de nous instruire, avoir les moyens de nous habiller et de jouer sans mendier, avoir un toit et un lit sur lequel se reposer la nuit et rêver que, finalement, un monde plus juste ne reste pas qu’une utopie. »

Règles (500)

 

Lire aussi